Coup de gueule : NON à l’exploitation du travail gratuit

Ce texte a été écrit par Métiers Graphiques, association à but non-lucratif, fondée par des professionnels français du graphisme et du design.

Parce que compétition = rémunération

Compétitions, appels d’offres, concours, travail spéculatif…
Pour de meilleures pratiques dans les métiers de la communication

Le travail gratuit nuit autant aux auteurs qu’à leurs clients.

Devoir travailler gratuitement dans l’espoir d’obtenir un contrat est devenu un fléau pour les professionnels de la communication, du design et du numérique.

Ce phénomène, amplifié par internet et son mirage du tout gratuit, touche autant les freelances que les agences. L’exploitation commerciale de main-d’œuvre gratuite n’est pourtant profitable pour personne ! D’abord pour les candidats, complètement dévalorisés et qui ne peuvent s’investir correctement sans risquer de se mettre en danger financièrement… mais également pour le client, qui prend le risque d’obtenir des propositions sans garantie de qualité ou d’authenticité, conçues par des intervenants peu impliqués ou non-qualifiés.

Un projet solide nécessite un investissement en talents, en compétences et en temps. Le donneur d’ordre avisé aura tout intérêt à sélectionner avec soin des partenaires fiables, capables de lui garantir une expertise de niveau professionnel et un suivi pérenne. Confier son projet à une entreprise au modèle économique douteux, c’est prendre le risque d’une conception superficielle, bancale, frauduleuse, qu’il faudra potentiellement refaire et qui mettra en danger l’image de l’entreprise à terme.

Il est pourtant possible de limiter le coût d’une compétition tout en rémunérant correctement chaque participant. La solution la plus courante consiste à restreindre le nombre de candidats en sélectionnant en amont les plus qualifiés, sur la base de leurs portfolios, de leurs références et de leurs réponses au cahier des charges. Et de les payer à hauteur du volume de travail préparatoire demandé, afin qu’ils puissent s’y consacrer pleinement.

Le code des marchés publics lui-même prévoit d’ailleurs la rémunération des maquettes et prototypes lorsque leur réalisation requiert un investissement significatif. Une circulaire du Ministère de la Culture et de la Communication va également dans ce sens, en indiquant que pour tout travail d’étude et de conception engagé, les candidats devront être rétribués en proportion de la prestation réalisée.

Il est temps pour les entreprises de (re)mettre en place de bonnes pratiques, afin de penser les compétitions et les appels d’offres de façon plus saine et équitable. Pour un travail de qualité et le respect de chaque intervenant, en le rémunérant à sa juste valeur.

Affichez le logo, défendez votre savoir-faire !

Professionnels indépendants, collectifs, studios ou agences de communication, enseignants et futurs diplômés des arts graphiques, du design et du numérique…

Affichez votre position face aux abus de la part d’entreprises qui détournent ou dévoient à leur seul avantage le travail des concepteurs.

Parce que compétition = rémunération.

Rendez-vous sur Métiers Graphique
2017-04-19T10:47:26+00:00 19 avril 2017|Veille Web|0 commentaire

Laisser un commentaire

Partager cet article, choisissez votre plate-forme !